Comment recycle ton le carton

Le tri manuel et la mise en balles
Une fois jetés et collectés, tous ces matériaux sont triés.

Le tri des papiers et carton se fait selon les différentes qualité set catégories, de trois types principalement :

 sortes basses : ce sont des papiers et cartons mélangés. Cela représente 66 % des FCR recyclées. Cette sorte sert à fabriquer les cartons plats et ondulés, les papiers d'emballages.  

sortes à désencrer : ce sont essentiellement des journaux et des magazines, ou des imprimés. Cela représente 23 % des FCR recyclées. Cette sorte est utilisée pour les papiers d'emballage et les journaux.

sortes supérieures (11 % des FCR) : ce sont des chutes d'imprimeur qui sont encore blanches. Cette sorte sert pour le papier classique et un peu tout le reste.

 

La fabrication de la pâte à papier
Une fois mis en balle, les papiers et cartons récupérés vont devenir pâte à papier.

 

 

  • Les balles sont mises dans l'eau, à l'intérieur d'un pulpeur qui permet de faire perdre leur consistance aux matériaux.
  • Les agraphes sont retirées avec des aimants, les adhésifs et plastiques sont retenus grâce à une filtration sous pression.
  • Le désencrage permet, par lavage à chaud et avec une sorte de savon, de débarasser les fibres de leur encre.
    La mousse formée, qui retient les particules d'encre, est aspirée puis traitée.
  •  

Les fibres récupérées sont ensuite mélangées à de l'eau pour constituer la pâte à papier.

Avant l'étape suivante, la pâte doit être blanchie, puis traitée en fonction de la qualité de papier que l'on souhaite obtenir à la fin.

Pour blanchir, des oxydants, le chlore et l’oxygène, sont utilisés, généralement fournis par des dérivés tels que l’eau de Javel et le dioxyde de chlore pour le chlore, les peroxydes – dont l’eau oxygénée – pour l’oxygène. La tendance actuelle est de favoriser l’oxygène aux dépens du chlore. Désormais les procédés ne sont plus polluants (abandon du bisulfite au profit du sulfate) si ce n'est en terme d'odeurs...

Le traitement superficiel a pour but d’améliorer l’état de surface (lisse ou rugueux) de la feuille sortant de la sécherie. Cela peut se faire en ajoutant des colles et adjuvants divers, ainsi que des charges minérales (fines poudres de kaolin, de talc ou de carbonate de chaux utilisées en proportion pouvant aller jusqu’à 35 % du poids).

La machine à papier

Une fois traitée (ajout de minéraux, de colle ou de colorants), la pâte à papier peut passer dans la machine à papier.

 

 

Cette machine permet de rapprocher les fibres pour les enchevêtrer, et aussi d'éliminer toute l'eau : on peut alors obtenir une bande sèche et de texture assez solide.

Le bobinage du papier
Une fois obtenue la bande sèche, celle-ci peut être embobinée en bobine, qui seront livrées aux entreprises qui font le façonnage.

Cette largeur, qu'on appelle la laize, est rarement inférieure à deux mètres et peut en atteindre 10. Le plus couramment, elle est comprise entre 7 et 9 mètres. Les bobines seront livrées aux entreprises qui font le façonnage.

 

 

 

 

 

 

Dans le cas du carton, le procédé est identique si celui-ci est fabriqué à partir de pâte ; mais il peut aussi être fabriqué à partir de feuilles de papier.

 

Et tout recommence !

 

 

 

18 votes. Moyenne 2.78 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×